BILAN CAMPAGNE 2016 - PERSPECTIVES 2017



Communiqué de Presse : vendanges 2016 – perspectives 2017

_______La campagne 2016 s’est achevée le 17 octobre dernier par la récolte des cabernets les plus tardifs. Le millésime 2016 s’annonce superbe!

Dans la région bordelaise nous sommes une des seules régions viticoles à ne pas avoir subi de catastrophe climatique et les parcelles ont donc pu être récoltées en totalité et dans un très bon état sanitaire.

Si la météo très humide du printemps et le stress hydrique du mois de juillet ont pu faire craindre un retard de croissance de la vigne, il apparaît aujourd’hui qu’il n’en ai rien puisque les baies récoltées l’ont été en parfaite maturité et dans des volumes surprenants, aussi bien sur les merlots que sur les cabernets.

Les premiers jus issus de la sélection parcellaire laissent entrevoir le potentiel d’un très beau millésime.

 

Fidèle à sa démarche de tendre vers l’excellence et afin de valider une démarche de viticulture raisonnée entamée depuis des années par notre chef de culture et son équipe, Château La Haye est entré dans une phase de validation et de certification de sa démarche environnementale par le biais du Système de Management Environnemental (SME) des vins de Bordeaux normé ISO 14001.


Envie d’Apéro 1er Decembre 2016

Château La Haye, Saint Estèphe par envie-apéro.com

Il y a quelque temps j’ai été conviée à un déjeuner d’exception au restaurant de l’hôtel Le Maurois pour découvrir les vins du Château La Haye.

En premier je vous raconte un peu l’histoire de ce château….
Le château aurait, selon la légende, accueilli Henri II et Diane de Poitiers pour leurs rendez-vous galants. Bien que marié à Catherine de Médicis, Henri II avait une affection particulière pour Diane de Poitiers qui fut sa gouvernante. Leur monogramme, H et D entrelacés, est gravé dans la pierre à l’entrée du Château. On le retrouve aussi dans les demeures des amants historiques, à Fontainebleau pour Henri II et à Anet pour Diane de Poitiers. Ce monogramme royal est désormais devenu le symbole de Château La Haye et orne toutes nos étiquettes.
Le Château La Haye s’inscrit dans une longue tradition viticole, puisque la constitution du vignoble remonte à 1557, date à laquelle Sire Janot Bernard seigneur du Fief de Leyssac acquiert la propriété et y plante les premiers pieds de vigne. Il s’agit donc d’un des plus vieux châteaux de Saint-Estèphe. La propriété s’est transmise au sein de la même famille pendant 370 ans. En 1821, la famille obtient ses lettres de noblesse avec l’anoblissement de Louis Bernard qui devient alors Baron Bernard de Saint Affrique. Ses armoiries ornent encore la porte du Château. En 2012, Chris Cardon, rachète la propriété après avoir effectué ses premiers pas dans la région à l’occasion du Marathon du Médoc.

Et donc, j’ai eu la chance de rencontrer Chris Cardon, (spécialiste de produits pharmaceutiques pour animaux) qui partage son temps entre la Belgique et Bordeaux.

En achetant le Château La Haye, à Saint-Estèphe, et le Château Bellevue, à Pauillac, Chris Cardon a réalisé un rêve. Le rêve d’un épicurien amoureux des grands bordeaux. Dans ses propriétés comme dans ses aventures pharmaceutiques, il avance en visionnaire, avec le don de fédérer ses équipes autour de projets ambitieux. Dans le cas du Château La Haye, l’idée est de proposer un vin d’exception, de faire renaître une terre et une histoire hors du commun.

« Le vin, ce n’est pas seulement une question de prix. C’est aussi la terre, l’histoire, les hommes. C’est ça qui est passionnant ! »

C’est au cœur du vignoble de Saint-Estèphe, au fil des saisons, que l’équipe est attentive aux évolutions de la vigne. Ce travail de chaque instant permet à nos millésimes d’être l’expression la plus franche de notre terroir. Plusieurs cépages sont cultivés et contribuent à la complexité de nos vins : cabernet sauvignon, cabernet franc, merlot, petit verdot et plus récemment le malbec. Dès le premier classement des Crus Bourgeois du Médoc en 1932, le Château La Haye est classé Cru Bourgeois Supérieur. Lors de la révision du classement en 2008, le Château La Haye maintient son rang dans la sélection officielle des Crus Bourgeois.
Au fil des millénaires, se sont superposées de nombreuses couches de sédiments qui expliquent la diversité des paysages et les différents coloris de sols. Partout le sol est semé de quartz et cailloux roulés, mêlés à une terre légère et sableuse en surface qui confère aux vins une finesse toute particulière. Il y a 10 000 ans, une érosion fluviale importante, a fortement disséqué le territoire, offrant aujourd’hui un modelé de croupes tout en relief et très bien drainé. Responsables de la sécheresse relative des terres et du profond enracinement de la vigne, les pentes de ce modelé sont une promesse de grands vins.
Grâce à des conditions climatiques et géologiques idéales, les vins de Saint-Estèphe sont caractérisés par leurs qualités solides et leur constitution robuste. Ainsi ils peuvent vieillir très longtemps tout en conservant jeunesse et fraîcheur.
Les Bordeaux de La Haye sont le fruit d’un partenariat avec des vignerons de l’Entre-deux-mers, sur la Rive droite de la Garonne. Le suivi de vinification est assuré par l’équipe technique de Château La Haye et ses œnologues conseil Eric Boissenot et Marc Quertinier. La gamme est composée de vins de plaisir à partager lors de moments de convivialité.

Les vins de la dégustation

  • Le blanc de La Haye
  • Bordeaux de La Haye
  • Cuvée Le Cèdre par Château La Haye
  • Château La Haye Cru Bourgeois
  • Rosé La Haye aoc Bordeaux

Les vins du déjeuner

  • Le blanc de La Haye
  • Majesté
  • Château La Haye Cru Bourgeois

Château La Haye – 1, rue de Saint-Affrique – Leyssac -33180 Saint-Estèphe
00 33 5 56 59 32 18 – info@chateaulahaye.com
www.chateaulahaye.com


Terre de Vins 26/11/2016

Fort d’une histoire pluri-séculaire, le château La Haye a engagé un nouveau virage depuis sa reprise en 2012 par l’industriel flamand Chris Cardon, et affirme un style plus élégant.

« Rien ne sert de courir… » écrivait La Fontaine. Assurément, Chris Cardon n’avait pas récemment relu le Lièvre et la Tortue en participant pour la première fois au marathon du Médoc en 2006. Cet industriel flamand gravitant dans l’univers pharmaceutique est un passionné de course à pied. Grand bien lui en a pris ! Littéralement tombé sous le charme de la région – l’esprit particulièrement festif de l’événement a dû certainement y contribuer – il se met alors en tête d’acheter une propriété dans la région et d’assouvir ainsi encore un peu plus sa passion pour les vins de la rive gauche. « … Il faut partir à point » concluait La Fontaine. Un proverbe finalement bien respecté puisque le rachat du château La Haye en Saint-Estèphe n’interviendra que quelques années plus tard. L’ère Cardon commencera par le millésime 2012. Un mot d’ordre : le respect d’une histoire viticole initiée ici au XVIème siècle, nimbée par les amours probables de Henri II et Diane de Poitiers dont le célèbre monogramme entrelacé orne les murs. Point de révolution de palais donc mais une volonté affichée de redonner son lustre à ce cru bourgeois.

Élégance, finesse et… rock’n’roll !

Le travail profond entrepris depuis 4 ans par les équipes techniques, en partenariat avec l’œnologue-conseil Eric Boissenot, s’est articulé notamment autour de l’identification précise de parcelles. Une évidence aujourd’hui pour qui veut apporter davantage de précision dans l’expression du terroir d’une propriété. L’apport de bois a également été revu avec une empreinte moins massive pour soutenir des matières denses sans toutefois écraser leur velouté. Dans une logique identique, le processus de vinification a également été revu avec des extractions plus douces.

Au final, l’évolution est nette à la dégustation. Entre 2012 et 2014, le château La Haye (27 €) a gagné en finesse, en précision, offrant même un plaisir plus immédiat. La chair du 2015 confirme cette tendance. Les efforts déployés le sont d’ailleurs sur l’ensemble de la gamme qui, outre le grand vin, propose d’autres cuvées. Le cèdre de château La Haye (17 €) offre une vision typique de Saint-Estèphe, entre densité et velouté, toutefois moins profond que son grand frère. Le Bordeaux de La Haye (7 €), issu d’un partenariat avec des vignerons de l’entre-deux-mers, est quant à lui immédiatement abordable. Une caractéristique partagée avec le blanc de La Haye (8 €) et le rosé de La Haye (8 €) de même pedigree. Petite originalité : ces deux cuvées bénéficient d’une étiquette à impression aléatoire. Papillons et glaçons qui les décorent se déploient différemment sur chaque étiquette, avec des couleurs elles-aussi changeantes. Une touche rock’n’roll du meilleur effet que l’on aurait tellement aimé retrouver sur les autres étiquettes de la propriété… Une audace marketing encore impossible lorsque l’on souhaite, comme La Haye, postuler au rang de Cru Bourgeois Exceptionnel en 2017.


Le Figaro – 8/10/2016

Le château La Haye est un Cru Bourgeois de Saint-Estèphe qui se trouve à proximité de Leyssac, au cœur de l’appellation. On dispose d’un contrat de vente de 1557 qui atteste de la présence de vignes. Plus tard, en 1932, lors du premier classement des Crus Bourgeois, le domaine est classé Cru Bourgeois Supérieur. Depuis 2008 et la qualification annuelle par l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc, le domaine fait partie chaque année de la sélection officielle.

Rock

En 2012, Chris Cardon devient propriétaire des lieux et il a l’intelligence de laisser en place l’équipe qui œuvrait avant lui et qui a profondément rénové bâtiments et pratiques dans les années 1990. Le vignoble couvre 11 hectares de vieilles vignes sur des graves argileuses, avec 45% de cabernet-sauvignon, 42% de merlot, 8% de cabernet franc et 5% de petit verdot.

Depuis le travail de la vigne jusqu’aux vinifications, le château La Haye met tout en œuvre pour que les millésimes soient l’expression la plus franche des terroirs et des cépages et non une énième variation sans âme autour d’un goût standard. On notera que le malbec est en cours d’introduction pour varier encore les possibles.

En savoir plus :  http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-champagne/bordeaux/medoc/saint-estephe/d26510-chateau-la-haye#ixzz4RxN9rerB


Decanter – 9/11/2016

decanter-december-2016Chateau la Haye, Cru Bourgeois, Saint-Estephe , Médoc, Bordeaux, 2009

Are we drinking our wines too young? Anne Krebiehl MW argues the case for maturing wine, and explores how to buy wines when they’re ready to drink

Basset recommends: top Champagnes Tina Gellie asks Best Sommelier in the World Gerard Basset OBE MW MS to restrict his choice to just 16…

Photo essay: a year in Champagne During his visits to the region, Tyson Stelzer documents Champagne’s turning seasons

Members’ clubs and wines in St James’s London’s private clubs give great value access to wines, says Jonathan Ray – not least at the newest, 67 Pall Mall.

lire l’article…